Calen de Martigues

Depuis des siècles, les bourdigues, établissements de pêche fixes, sont bâties à l'entrée de l'étang de Caronte et sur les canaux de Martigues. Après l'abolition de la gabelle, impôt sur le sel, par la Révolution, les bourdigues vont être progressivement remplacées par des salines. 

Après la disparition des bourdigues, pour continuer à profiter du passage du poisson, des calens s’installent tout au long du chenal de Caronte sans gêner la navigation. Dès que des bancs de poisson sont repérés, un immense filet qui repose au fond de l’eau est relevé. Il s’agit d’un grand filet qui barre dans toute sa largeur le canal de Caronte. Fixé de chaque côté du canal par des pieux, on relève le filet lors des passages des bancs de poissons. Ce sont surtout les muges poutarguiers (femelles du muge ou mulet) qui sont capturés. La poutargue est une sorte de caviar fait d’œufs de muges salés et séchés. A l’époque elle n’était pas considérée comme un met de luxe, mais aujourd’hui elle est devenue le caviar martégal, prisé par les grands chefs cuisiniers.
  • Le Calen à Martigues
A la fin du XIXe siècle l’appareillage, rudimentaire et entièrement manuel, était équipé de filet de coton. Ce mode de pêche s’étant largement développé dès le début du XXe siècle, la Prud’homie impose un tirage au sort qui permet d’avoir les meilleures places. A partir de 1922, les treuils ne sont plus manœuvrés à la main, mais avec un moteur à essence. Installé entre les berges, le calen est un filet de 115 m de long et de 12 m de haut, constitué de mailles de 36 mm. Considéré comme un armement, au même titre qu’un navire, le calen est sous la responsabilité de patrons et de matelots possédant chacun une part. Ceux qui partent à la retraire vendent leur part. Ce mode de pêche implique la surveillance du trafic du canal.
L’exploitation de ce filet demande un pied à terre, ce sont des petites cabanes, où on entrepose les filets. A Martigues, ces installations tout à fait rudimentaires étaient implantées, non loin des salines. Il existait entre le canal d’Arles à Bouc et Martigues plus d’une dizaine de calen. Le dernier calen de Port de Bouc ayant fermé, il ne reste plus aujourd’hui que celui de Martigues dans le chenal de Caronte. Dernier vestige, d’une pêche ancestrale et artisanale, le calen qui signifiait le filet calé, désigne aujourd’hui par extension aussi bien, l’installation et son mécanisme, que la cabane qui abrite l’outillage et le site sur le territoire.


 Le Calen en quelques mots
• Le Calen désigne un filet de pêche de la méditerranée française, une pêche traditionnelle martégale, une cabane de pêcheur où l'on pratique la pêche au calen, une lampe provençale à huile
• Les pêcheurs pêchent au Calen par passion. C'est aussi une tradition martégale valorisée
• L'apprition des usines au début du XXe siècle et l'agrandissement du canal ont contraint ce type de pêche 
• Les prises sont plus importantes l'été car c'est la période de frai (reproduction) des muges/mulets qui remontent vers l'étang

 En apprendre plus sur le muge poutarguier
• Le muge s'adapte au territoire martégal car il peut passer de l'eau salée aux eaux saumâtres voire douces. Il s'adapte aussi aux infrastructures portuaires et profite des rejets organiques
• Le pécou est un morceau de chair de poisson qui permet d'accrocher les oeufs et de les faire sécher
• Au XVIIe siècle, la ville de Martigues a offert de la poutargue au marquis de Vauban (registre de la délibération de la commune du 13 mars 1686)

 
  • Pêche au Calen à Martigues
  • Pêche au Calen à Martigues
  • Calen à Martigues
  • Calen à Martigues
  • Pêche à Martigues
  • Calen à Martigues