Part en thèse d’une découverte culinaire

La Poutargue fait-elle partie du dernier bastion des traditions gastronomiques Provençale ? 
Ce caviar de la mer, si chère à notre région et aux Martégaux est un pur délice. Il existe mille façons de la déguster.
Laissez-vous convaincre par ce met authentique et délicat.
  • En plein cœur de la Provence - © Office de Tourisme de Martigues - TSK
​Les fines lamelles sont posées sur une épaisse tranche de pain grillé et chaudement beurré. Un filet d’huile d’olive accompagne cette spécialité raffinée. Il est difficile de faire plus simple et plus rapide. Le pain croustille sous les dents. Le beurre fondant se mélange au goût iodé. Ce cocktail de saveurs explose en bouche.

 

Le conseil de l'Office de Tourisme de Martigues

La Poutargue ne se cuisine pas, elle est un peu comme de la truffe noire. Vous devez soit la couper en fine lamelle soit l’émincée à la mandoline comme du fromage.
Elle accompagne généreusement les pâtes al-dente par exemple où elle est soupoudrée généreusement ou également en petit copeaux sur un simple œuf au plat avec de belle tomate cerise.

L’accompagnement se fait avec, modération, un vin blanc sec de préférence. Mais je vous laisse ici le soin de choisir votre boisson favorite à l’heure de l’apéritif ou du repas

 
  • La Poutargue à l'heure de l'Apéro - © Office de tourisme - TSK
  • La Poutargue à l'heure de l'Apéro - © Office de tourisme - TSK
Le palais succombe à ce concentré de Méditerranée. Le moelleux de la Poutargue apporte un réconfort inattendu. L’émotion que l’on éprouve à sa dégustation contraste avec sa forme peu ordinaire.
La Poutargue est enveloppée d’une légère couche de cire d’abeille naturelle, cela la rend peu séduisante pour les amateurs. La lame du couteau pénètre en son cœur et révèle la douceur de ce met authentique. Une fois coupée, sa consistance révèle une couleur orange insoupçonnée. La cire du produit trompe l’œil et laisse peu imaginer sa délicatesse.

 

La bonne pratique
A la manière d’un saucisson, n’utilisez surtout pas de couteau à dent.
Il est préférable d’avoir un bon couteau aiguisé pour éviter les copeaux.



Le parfum envoûtant des œufs salés de muge se répand avec subtilité. Il invite à la gourmandise. Ce caviar de la mer si chère à Martigues offre un goût unique à nos papilles.

La première bouchée fait toujours sensation. Elle entraîne un sourire béat du satisfait. Le visage s’illumine. Sans se donner de raison valable, on se surprend à regarder s’il en reste dans l’assiette. Cela en devient un péché mignon comme un enfant qui découvre le chocolat.
  • Miam miam ... Pâte à la Poutargue à Martigues - © Office de tourisme - TSK
Du fait de sa rareté, la Poutargue révolutionne un simple apéritif en festin gastronomique. Une fois consommé, on passe à autre chose mais on y revient toujours. Un peu comme une chanson qu’on délaisse mais qu’on finit par retrouver un jour. Tout comme la truffe et le foie-gras, elle a parfaitement sa place sur une table de fêtes.

Y goûter, c’est l’adorer.
  • Un peu de Poutargue ? - © Office de Tourisme de Martigues - TSK
  • Pain au noix et Poutargue
Et pour compléter l'expérience, on vous donne rendez-vous avec les Jobastres de Martigues en vidéo. Rendez-vous au Calen de Martigues, l'un des derniers de France !
 

 

Mais au fait, on la trouve où cette Poutargue ?

Le Calen de Martigues - Parking de La Halle de Martigues 13500 Martigues (selon la pêche du jour - se rendre directement sur place)
La Saveur des Calanques - Quai des Sardiniers 13110 Port-de-Bouc 

Il est possible aussi de trouver de la Poutargue occasionnellement chez des revendeurs (liste non-exhaustive)
Olympic Primeurs - 30 bis, boulevard du 14 juillet 13500 Martigues 
Le quai des Pirates - 17 quai Kléber 13500 Martigues 
Souvenirs des Martigues d'Hier et d'Aujourd'hui - 2, rue de la République 13500 Martigues 

 

Liaisons affinitaires

Après la disparition des bourdigues, pour continuer à profiter du passage du poisson, des calens s’installent tout au long du chenal ...